(Mardi maman) Les vacances

vacances

Bon, je vais faire ma mère indigne. Je le dis: je ne considère pas un trois semaines en famille comme des vacances. C’est du temps «normal» pendant lequel je ne travaille pas:

[checklist]

  • Je me lève quand même à 6h du mat
  • Je fais quand même les soupers-lavage-ménage
  • On a d’habitude un projet extérieur à compléter…
  • …qui ne se fait pas parce qu’à chaque fois qu’on est plus de 3 jours consécutifs en vacances, mes DEUX hommes tombent malades.

[/checklist]

Bref, PAS des vacances.

Pour moi des vacances, c’est m’étendre dans un hamac et lire un livre pendant 3 heures consécutives sans être dérangée par un mini qui veut aller au parc.  Je suis pas si difficile que ça, j’ai pas besoin d’aller dans le sud ou me sortir de chez moi. Je veux juste du temps pour moi même à faire le vide et à ne pas penser aux mille moments-décisions qui m’entraîne dans une spirale d’anxiété…

Décroche Val! Oui mais si ma façon de décrocher était de rester en ligne?

Vous arrivez à décrocher vous en vacances?

5 comments

    • Valerie Parizeault says:

      lol, les grands esprits se rencontrent 😉 Merci pour le lien et j’ai hâte de lire ta prochaine chronique! Viens la poster ici si tu y penses…

  1. Sandrine says:

    (Soupir!!) Je te comprends tellement, je vis la même chose… De mon côté, je ne dirais pas non à un voyage dans le Sud en couple ou en solo pour décrocher loin de la maison! Ou au pire, une seule journée à lire tranquille sans me culpabiliser du travail (commandes qui patientent en attendant mon retour, lavage, ménage, terrasse à teindre, douche à changer, sous-sol à rénover) qui ne se fait pas durant ce temps.

  2. Valerie Parizeault says:

    Ça prendrait un camp-mamans… un endroit-refuge-de-sainte-paix tout compris… mais subventionné par l’état… je lance l’idée dans l’Univers… on jase-là..

  3. Catherine says:

    Je pensais que je n’étais pas capable de décrocher (ou même que je n’avais pas le droit de le faire) jusqu’à ce que, l’an dernier, en préparant notre voyage au Guatemala je dise à ma mère « Ah, et je pense qu’on va faire un projet de photo là-bas, genre un motif par jour, pour mettre sur le blogue de L’abricot ». Et elle de répondre : « Pourquoi? Ça te tente pas de prendre des vraies vacances? ». Ça fait que je suis partie 3 semaines et qu’on a même fait exprès de louer une maison où il n’y avait pas Internet pendant une semaine. J’ai regardé mes courriels de travail 3 fois, maximum (tous mes clients étaient avertis). Le pire, j’en n’avais même pas. J’ai raté trois semaines sur Facebook et je m’en suis remise très rapidement. Cette fois-là, j’ai décroché pour vrai, et c’était l’fun!

    (Cela dit, pas de vacances pour moi cet été… C’est le retour du balancier il faut croire).

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *