{mardi maman} l’intimidation

Xavier Dolan College Boy Indochine
Le vidéo de Xavier Dolan est encore frais dans ma mémoire en écrivant ces lignes. Si vous l’avez pas encore visionné, je vous urge de le faire (il est dur et violent, je vous avertis d’avance).

Indochine – Collège Boy (officiel) from Productions de l'onde on Vimeo.

En tant que maman d’un petit garçon, je suis interpellée par ce vidéo. Elle arrive pile au moment où j’ai détecté des jeux d’intimidation entre mon fils et ses amis de garderie, mon fils du coté de l’intimidé. Z’allez me dire, Valérie, peut-on vraiment s’énerver le poil des jambes avec des jeux de garçons de 4 ans? Boys will be boys!

Non.

Jamais je ne banaliserai cette plaie de la société, l’âge n’est absolument pas un facteur pour déterminer la gravité d’un acte de violence. De la p’tite violence, ça n’existe pas selon moi. L’intimidation, c’est un mot joli pour violence.

Si mes yeux sont maintenant plus ouverts pour détecter cette intimidation sur mon enfant, je songe de plus en plus à l’inscrire à des cours d’auto-défence (karaté, judo, etc)… Mon fils saura se défendre avant de savoir nager!

Et vous, avez-vous déjà été victime d’intimidation? Vos enfants? Comment avez-vous réagis?

7 comments

  1. Colette says:

    Il ne faut jamais accepter l’intimidation, quelle que soit la forme qu’elle prend. À mon avis, dans une garderie ça ne devrait en aucun cas être toléré, comme partout ailleurs, mais encore plus là, car c’est le premier endroit de socialisation avec des inconnus. Que fait la ou les personnes responsables face à de tels comportements?

    • Valerie Parizeault says:

      Je m’en suis aperçue dans un souper et non à la garderie, donc je ne sais pas si le comportement était un miroir de ce qui se passait là. Ces enfants ne fréquentent plus la garderie de mon fils, cependant je veux l’outiller si jamais une telle situation venait à se reproduire.

  2. Looange says:

    mon ado l’a vécu, et là c’était ma fille. On sait jamais trop quoi faire dans ces moments là. Mais je suis d’accord, je pense que vaut mieux le faire rapidement dès qu’on le sait !

  3. L’intimidation est une sujet à la mode. Pourquoi n’en parlions-nous pas avant ? J’en ai été victime pendant toute mon enfance parce que j’avais un prénom bizarre, parce que j’étais ronde, parce que ma mère faisait mon linge… Toutes les raisons étaient bonnes. Aujourd’hui, on axe beaucoup cela sur l’homosexualité. Je pense à ce clip, mais aussi à la campagne de Jasmin Roy, que je trouve très importante. Cela dit, j’aimerais que l’on réalise que l’intimidation, ça ne touche pas que les homosexuels. Ça touche les gros comme les petits, les dents croches comme les dents droites, les pauvres comme les riches, les enfants dits normaux comme les enfants avec des troubles d’apprentissage, les homosexuels comme les hétérosexuels, les Québécois de souche comme les Québécois d’adoption. Je le répète : toutes les raisons sont bonnes pour taper sur le voisin. L’intimidation, c’est une plaie sociale. Mais ça peut rendre les gens plus forts aussi quand ils s’en sortent. La résilience, c’est ça que ça peut donner.

  4. Mary says:

    C’est déjà dans mes plans d’envoyer mes futures enfants prendre des cours d’auto-défense comme tu l’as mentionné. Peut-être qu’ils auront des expulsions parce qu’ils auront cassé des dents, mais au moins ils n’auront pas de séquelles psychologiques de s’être fait niaiser tout leur primaire et secondaire.

  5. Lahypie says:

    Une amie de ma fille a vécu de l’intimidation en début d’année scolaire c’est sa maman qui m’en avait parlé… je trouve ça totalement innaceptable.. j’en ai parlé avec mes enfants.. quand on est concient d’une situation innaceptable.. il faut la dénoncer et faire en sorte que ça ne se reproduise plus.. ma fille s’est imposé et a défendue son amie, l’intimidante a joué seule pendant quelques mois.. elle commence à réintégrer le groupe et être gentille… je pense qu’intervenir et ne pas fermer les yeux est PRIMORDIAL pour changer ses situations!

  6. Vero says:

    Ton inquiétude est tout à fait normale. Je crois qu’à leur âge, il est super important de les sensibiliser à la portée de leurs gestes/mots. Dans ton cas, l’éducatrice et la directrice de ton milieu de garde devrait s’assurer qu’il n’y ait pas de place à l’intimidation. Ma fille de 2 ans 1/2 s’est fait donner plusieurs coups par un garçon bien plus vieux et mon fils de presque 4 ans (qui est normalement tout doux!) a senti que la seule issue était de lui donner un coup encore plus fort pour qu’il lâche sa petite sœur. Ça m’a brisé le cœur. Je pense comme toi que tout ce que nous pouvons faire après avoir parlé avec leur éducatrice, c’est de les outiller et évidemment, leur donner de bonnes valeurs. La prochaine fois, suggère à ton garçon de parler fort au « pas fin » de sa classe pour qu’il comprenne que ça ne passe pas mais aussi pour alerter l’éducatrice.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *