Les tripes sur table

Wow! J’en reviens pas de vos encouragements et vos questions! Merci de bien vouloir m’accompagner dans ce que ma soeur a décrit comme mon évolution AKA crise de la quarantaine.

Je vous en dis un peu plus:

  1. Je vais écrire sur le blogue au minimum 3x semaines.
  2. Non ce n’est pas un Eat Pray Love que j’écris.
  3. Mais oui ça sera sur du «personnel»
  4. Oui je veux voyager. Seule. #vraincrePeur

Je trouve le fait d’écrire sur moi vraiment difficile. Je dois constamment interrompre et taire la voix qui me dit de changer de ton, ou que mon expérience ne se compare pas à de VRAIS enjeux donc ne mérite pas du temps d’inspection. Ouais je sais. Salut l’auto-sabotage! T’étais pas invité et vraiment, ne dépose pas tes trucs dans mon espace créatif, parce que je vais te demander de quitter la pièce. C’est drainant, ça me ralenti et m’amène dans un bad mood!

Autre chose auquelle j’avais pas pensé, c’est que l’écriture m’amène à REVIVRE toutes les émotions que je croyais avoir réglées il y a 3 ans. Pentoute. L’expression tripes sur table m’apparait tellement vraie, comme quoi le fait de montrer les parties cachées de soi nous amène une douleur difficile à mettre en mots.

Ma solution à date c’est de faire ma méditation AVANT d’écrire, et ça semble fonctionner. 🙂 S’il y a des auteurs dans la salle, je suis toute ouïe pour connaitre vos méthodes contre vos blocages. 🙂

Save

Save

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *